xxxx
XX

 
XX

 

 

L'histoire de Jean Laborde :

 




xxxx




 

 

 

 

 

 

 

 

Le deuxième contrat :

 
 

 

Pendant son séjour à Ambodin'Angavo, Jean Laborde fait un repérage dans les environs de Mantasoa et il y a trouvé à la fois :




 

 de l'eau pour l'énergie,


du minerai de fer,


des argiles diverses,


du bois pour le chauffage.

 







 

Le 28 Mars 1837, Jean Laborde écrit dans son journal :





"Je fis un second traité avec le gouvernement Malgache pour créer une fonderie de canons en fonte de fer, une verrerie, une faïencerie, papeterie, sucrerie, raffinerie, indigoterie, savonnerie, magnanerie :



Je m'étais engagé à faire plusieurs acides, l'alun, le sulfate de fer, le bleu de prusse etc."

 


 

C'est une énorme entreprise.



Le schéma d'urbanisme est déjà prêt.



Il est grandiose.




Le complexe s'appellera "soatsimanampiovàna" (la beauté immuable).

 
 




 

Sont prévus :





des digues de retenue pour les lacs réservoirs,


des canaux,


un haut fourneau,


des ateliers,


une cité ouvrière,


la Résidence de la Reine,


celles des grands Princes,


le bain de la Reine,


le Parc aux Antilopes,


sa propre maison, etc...

 






 

Dix jours après la signature du contrat, il a 10.000 hommes à sa disposition.





 

Les dignitaires du Palais savent maintenant qu'ils peuvent lui faire confiance.





 

Tout est mis en oeuvre : Les travaux du grand chantier sont mis en route ainsi que des aménagements de rizières.





 

Pour le seconder Jean Laborde fit venir l'un de ses frères Jean Louis.











On bâtit partout sur le site de Mantasoa :





Les ateliers,


La four à faïence,


Le haut fourneau,


La magnanerie,


Le bain de la Reine,

 







 

mais aussi à Ampiaditanimanga :





Le four à poterie,


Le four à tuyaux.

 




 

En effet, Jean Laborde mène en même temps d'autres chantiers :l'adduction d'eau de Manjakamiadana à partir d'un barrage qu'il construit près d'Ambohimalaza à 18 km de Tananarive (d'où les tuyaux en terre cuite).





 

En 1841, la Construction du haut fourneau est terminée.





 

Le haut fourneau ne fonctionnera qu'en 1844.






 

Puis Jean Laborde a le projet suivant : construire des canons pour la reine.






 

Ce qu'il fit.





 

Pour transporter les canons et la production, il faut une route.





 

On la construit avec les ponts nécessaires, sur le tracé le plus direct par Ambohitrandriamanitra, Ambatomanga, Ambohimanambola.





 

En 1847, la Reine et sa Suite sont invités à la présentation officielle.






 

A son arrivée, la Reine est éblouie par sa résidence dont Jean Laborde lui a caché l'existence.





 

La fanfare personnelle de Laborde l'accueille avec l'hymne Royal.




 

Le lendemain, la reine descend à l'usine par le grand escalier (200 marches en pierre), s'étonne devant le fonctionnement de tous ces moulins à eau, ces machines.




Les ouvriers travaillent devant elle.




Elle veut tout voir et tout savoir.



Les canons sont présentés.



Une salve est tirée en son honneur.





 

Il sortira en tout des forges de Mantasoa, 150 canons dont le célèbre "Besakafo" qui doit son nom à la grosse quantité de poudre qu'il fallait pour le charger.



Des mortiers aussi seront produits.





 

La Reine élève Laborde à la dignité de 16 honneurs, la plus haute distinction Malgache.

 

 

 



 

ANDRANGOLOAKA.....AMPIADITANIMANGA..... LOHASAHA :

 


 

Nous avons vu que Laborde fabriquait ses canons en fonte de fer.




Il lui fallait donc du minerai de fer et du charbon.




C'est parce que tout cela était à proximité qu'il s'était installé à Mantasoa.






Le minerai de fer était extrait à Andrangoloaka à quelques kilomètres à l'Est, actuellement de l'autre côté du lac.




 

Il était lavé sur place avant d'être transporté dans les magasins près du haut fourneau.




 

La forêt était toute proche.




 

Laborde fit monter d'énormes fours à charbon de bois de 300 à 400 m3 chacun.



Il le fallait de la meilleure qualité et il sélectionnait les bois.





 

Les argiles d'Ampiaditanimanga convenaient parfaitement pour la poterie.




Là encore on fabriqua sur place, on construisit un four, on forma des ouvriers.





 

Mais, Jean Laborde avait aussi promis dans son deuxième contrat d'ouvrir une exploitation agricole.




 

C'est sur Lohasaha, actuellement Antanandava, qu'il fixe son choix.




 

Fond de vallée facile à irriguer, aux terrains fertiles, avec un climat mieux adapté à la canne à sucre puisqu'à 600m d'altitude, il s'attaque à la besogne, plantation, bâtiments, usine à sucre, tout marche de pair.




 

On monte les broyeurs à dos d'homme depuis Mahanoro, mais aussi le cuivre importé de Ceylan, les vers à soie de Chine et d'Inde, les plants d'arbres fruitiers, les trois grands aigles pour le Palais de la Reine.




 

Là encore, il crée des espaces réservés à la Reine, dont un autre bain et une rizière "Antanimbarini Mpanjaka".




 

La récolte en était transportée sous escorte d'hommes armés de sagaies à pointe d'argent.




 

La canne à sucre était transformée en sucre et en rhum.



Des vestiges de l'usine existent encore.





 

Laborde implante aussi dans la région le pommier, l'ananas... et les tapias (faux mûriers) pour nourrir les vers à soie.




 

C'est là que son épouse Emilie fut exilée quand elle osa tromper son mari.



 



 

 
 

Le Palais de la Reine :

 

 

Jean Laborde était aussi à la construction de Manjakamiadana car la Reine lui avait demandé en 1839 de lui construire un palais plus somptueux que tous les autres existants.





 

Il construisit un bâtiment de deux étages de style très Malgache, mais avec des techniques européennes.




 

La pièce maîtresse en était le grand mât central de 39 mètres de haut sur 1 m de diamètre.




 

Le toit du palais était couvert de bardeaux en bois.




 

Une véranda faisait le tour de l'édifice.




 

C'est en 1868 que fut entreprise par Cameron, l'enceinte en pierre que l'on peut voir actuellement, après que l'interdiction de construire en pierre fut levée car la pierre était réservée aux tombeaux.




 

Laborde plaça au faîte du toit l'un des grands aigles.




 

Le deuxième aigle fut plaçé au milieu du portail et le troisième sur le "Tranovola".

 

 





http://mesracinesdemadagascar.boosterblog.com


xx

 
xx

xxTrafic Booster xx
 

 

xxxx

xx

 

Découvrez la playlist Ma musique preferee avec Richard Clayderman
xx


xx

hotel xxxx
hotel xx         
  

      xx              

hotel xx
location
xx

 


Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site