xxxx
xx

 

 
xx


Histoire de Madagascar :




xxxx





Rainilaiarivony : suite 4 :







 




 




Deuxième guerre Franco-hova en Novembre 1894 :




En réponse, Rainilaiarivony décida de rompre toutes les relations diplomatiques avec la France, et la deuxième guerre franco-hova commença en Novembre 1894.








 
La guerre se termina en Septembre 1895, lorsqu'une colonie militaire française atteignit Antananarivo et bombarda à l'artillerie lourde le palais royal.





Ce bombardement causa de nombreux dégâts en ce qui concernait les quartiers de la reine mais infligea également de lourdes pertes parmi les courtisans réunis à la cour du palais.





Rainilaiarivony envoya un interprète pour porter un drapeau blanc au commandant français et supplia sa clémence.





Et donc, la Monarchie Malgache accepta de capituler face aux troupes Française.





Le lendemain, la reine Ranavalona III accepta de signer un traité de protectorat français sur Madagascar.





Elle et sa cour furent autorisés à rester au palais et à diriger le pays selon les préceptes français.





Le ministre Français des Affaires étrangères, choisissa un Malgache qui s'appelait "Rainitsimbazafy" et le nomma Premier Ministre afin de remplacer Rainilaiarivony. 





Puis le français décida d'exiler Rainilaiarivony en Algérie ; ou il y vécut jusqu'à la fin de sa vie.


 





 
 







Exil de l'ancien Premier Ministre :






 
Après la signature du traité Franco-Hova, Rainilaiarivony resta à Antananarivo pendant plusieurs mois.






Du 15 Octobre 1895 au 06 Février 1896, l'ancien premier ministre fut placé en résidence surveillée et gardée par des soldats sénégalais à son domicile d'Amboditsiry puis il embarqua dans un bateau en partance pour l'Algérie.






À l'âge de 68 ans, il quitta son île pour la première fois de sa vie et n'aura plus la possibilité de la revoir. 





Il était accompagné de son petit-fils, Ratelifera, ainsi que d'un interprète et de quatre serviteurs.






Le navire atteignit le port d'Alger le 17 Mars 1896.









 

L'ex Premier Ministre









 
Le gouvernement français installa Rainilaiarivony dans le quartier Géryville d'Alger, l'une des parties abandonnées de la ville.






Un agent français dénommé Joseph Vassé fut chargé de maintenir une documentation détaillée en ce qui concernait la personnalité et les activités de
Rainilaiarivony à travers son exil en Algérie.






Vassé décriva l'ancien premier ministre comme étant un homme de grande spontanéité, de convivialité, de sincérité et d'ouverture d'esprit, mais Vassé souligna également qu'il pouvait arriver à l'ex-Premier ministre d'être susceptible, d'avoir des sautes d'humeur et une tendance à être exigeant ; surtout en ce qui concernait sa garde-robe mais aussi dans bien d'autres domaines.







Vassé fit remarquer les grandes qualités d'intelligence, de tact et de leadership de Rainilaiarivony ; qui lui valurent l'admiration de beaucoup de personnes qui l'avaient connu ; notamment le Général Le Myre de Vilers, qui l'appelait à la fois ennemi et ami.






En apprenant la situation de la vie de Rainilaiarivony à Alger, Le Myre de Vilers fit pression sur le gouvernement français afin que l'ex-Premier Ministre ait de meilleurs logements. 







Par conséquent, Vassé repéra et attribua un nouveau foyer à l'ancien Premier ministre. 






La nouvelle villa appelée "Villa des Fleurs" était située dans le quartier chic de Mustapha Supérieur, voisine à la résidence de l'ancien roi exilé de l'Annam .











 
Mise à part La beauté de la Villa des Fleurs ; Rainilaiarivony fut heureux d'être bien accueilli par l'Algérie ; ce qui lui permit d'avoir une impression positive sur sa nouvelle vie.










Rainilaiarivony acquit également une excellente réputation de la part de la haute société d'Alger, où il fut perçu comme étant un homme intelligent, généreux et charmant.






Le gouverneur-général de l'Algérie l'invitait régulièrement à des bals diplomatiques ainsi qu'à des événements sociaux où il aimait bien y danser.






Lorsqu'il n'était pas occupé par ses divers engagements sociaux ; Rainilaiarivony lisait avidement le journal et correspondait régulièrement avec des contacts de Madagascar.











Lorsque l'insurrection éclata à Madagascar contre la domination française ; l'ancien premier ministre écrivit une lettre qui fut publiée le 5 juillet 1896, dans un journal malgache et dans laquelle il y condamnait l'attitude ingrate des insurgés alors que selon lui, le contact avec les Français apportait beaucoup à Madagascar.






Le 14 Juillet 1896, Rainilaiarivony fit sa dernière sortie à Alger pour aller regarder les feux d'artifice.






Comme il se promenait dans les rues pour rejoindre les autres spectateurs de son parti, il fut accueilli et acclamé par la foule admirative qui criait "Vive le Ministre!" 










Décès de Rainilaiarivony :
 




 
La chaleur intense de ce 14 Juillet épuisa l'ancien premier ministre Rainilaiarivony.





Il avait eu ce soir-là une forte fièvre.





Selon un de ses serviteurs, on dit que quelques jours avant sa mort il fit un rêve prémonitoire dans lequel il vit apparaître son ancienne épouse et ex-reine "Rasoherina" qui vint lui annonçer qu'il rejoindrait bientôt son frère aîné décédé : Rainivoninahitriniony.         






Le serviteur qui avait été mit dans la confidence de son maître ; rapporta à Vassé le fameux rêve en question, et expliqua à celui-çi que ce rêve prédisait la mort imminente de son maître : Rainilaiarivony.






La fièvre de l'ancien Premier Ministre empira ; ce qui l'affaiblit encore plus et au cours des prochains jours il mourut dans son sommeil le 17 Juillet 1896, dans son lit en étant entouré de ses proches et de ses plus proches amis.









 
Le corps de Rainilaiarivony fut d'abord initialement enterré dans une tombe à Alger.










Retour du corps du défunt Rainilaiarivony à Madagascar :








 

Funérailles de l'ex Premier Ministre Rainilaiarivony











 

Funéraille de l'ex Ministre











En 1900, les restes de l'ancien Premier ministre furent exhumés et transportés à Madagascar; puis enterrés dans le caveau familial construit par Jean Laborde dans le quartier d'Isotry d'Antananarivo.










 

Funérailles de l'ex Ministre









Le gouverneur colonial Français de Madagascar : Le général Gallieni ainsi que des dignitaires Français et Malgache assistèrent à l'enterrement de l'ex Premier ministre.







 

Le Général Gallieni











Lors de son éloge funèbre envers Rainilaiarivony ; Gallieni exprima toute son estime pour l'ancien premier ministre dans les termes suivants: "Rainilaiarivony était un homme digne de diriger son pays.






Dans les années à venir, il y aura un monument érigé à sa mémoire.Cela devrait être une obligation pour les Malgaches qui auront la liberté de l'ériger.






Désormais, Madagascar est sous le contrôle de la France. Mais par le passé, personne ne pourra blâmer Rainilaiarivony de ne pas avoir défendu et protégé comme il se doit, son royaume et ses terres et que par la suite il fût obligé d'abdiquer face aux troupes Françaises et peu importe la façon dont il le fit...



 
 





 



http://mesracinesdemadagascar.boosterblog.com




xx
 
xx


xxTrafic Booster xx
 

 

xxxx

xx

 

Découvrez la playlist Ma musique preferee avec Richard Clayderman
xx


xx

hotel xxxx
hotel xx         
  

      xx              

hotel xx
location
xx

Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site