XXXX
XX

 
XX

 

Colonialisme de L'Ile Rouge :

 

 

 

 xx xx

 



 

Ère Précoloniale de Madagascar, avant 1894 : 


 

 

 

Les ruines des fortifications établies par des commerçants arabes dès le neuvième siècle soulignent le rôle historique de Madagascar comme destination pour des voyageurs en provenance du Moyen-Orient, d'Asie, et d'Afrique.

 



 

Cependant, des bateaux européens battant pavillons portugais, hollandais, anglais, et français n’ont pas exploré le littoral de Madagascar avant le début du seizième siècle.





 

Commençant en 1643, plusieurs comptoirs français ont émergé ; le plus connu de ces derniers, Tolagnaro (autrefois Faradofay) sur la côte du Sud-Est, s’est maintenu pendant plus de trente années.

 



 

Le comptoir a survécu en partie parce que les colons avaient pris la peine d’établir des relations cordiales avec les Antanosy, le groupe ethnique habitant le secteur.

 



 

Les relations se sont détériorées plus tard, cependant, et en 1674 un massacre de presque tous les habitants a mis fin aux efforts français de colonisation pour plus qu'un siècle ; les survivants se sont sauvés par la mer vers le territoire voisin de la Réunion.

 

 

 

Cette vérification précoce des conceptions impériales françaises a coïncidé avec la diffusion de la piraterie dans l'Océan indien.

 



 

En l'absence d'une puissance navale significative dans les eaux éloignées de l'Europe, des navires privés ont attaqué des bateaux de plusieurs nations pendant presque quarante années.

 




 

Les terrains de chasse préférés étaient dans les régions du nord de la mer d’Arabie et de la mer Rouge, mais Madagascar était une cachette populaire où les équipages pouvaient récupérer et compléter le niveau des approvisionnements pour une autre attaque.

 



 

A cette époque, l'institution de l'esclavage avait également été implantée sur l'île.

 



 

Madagascar est devenu une source d’esclaves, non seulement pour les îles voisines de Maurice et Rodrigue, mais également pour des points plus éloignés, y compris l'hémisphère occidental.

 




 

La structure sociale et politique de Madagascar a facilité le commerce des esclaves.

 



 

Au sein de plusieurs petits royaumes côtiers, des sociétés stratifiées en nobles, roturiers, et esclaves ont donné l'allégeance à un(e) seul(e) roi ou reine.

 




 

Par exemple, le groupe ethnique des Sakalava a dominé les parties occidentales et septentrionales de Madagascar dans deux royaumes séparés.

 



 

Le Menabe, sur les prairies occidentales stériles, a eu pour première capitale Toliara ; le Boina, dans le Nord-Ouest, a inclus le port de Mahajanga.

 



 

Les villes sont devenues des centres du commerce où bétail et esclaves, pris lors de guerres, ont été échangés avec les négociants européens contre des pistolets et d'autres produits manufacturés.

 



 

Ces domaines politiques ont été complétés par le royaume de Betsimisaraka le long de la côte Est, et les royaumes côtiers méridionaux dominés par les groupes ethniques Mahafaly et Antandroy.

 

 

 






 

 

Le colonialisme :

 

 


 

 





 

Le royaume connaît une transformation et un développement exponentiel tout au long du XIXe siècle.

 


 


Sous la direction du français Jean Laborde, un début d’industrialisation se met en place à partir de 1835.

 



 

Des marchandises tels que le savon, la porcelaine, les outils en métaux, les armes à feu sont produites.

 



 

Un premier hôpital et une école de médecine sont édifiés en 1864 à Antananarivo, les missionnaires développent l’éducation (en 1894, plus de deux cent milles élèves sont scolarisés dans les écoles du royaume, dirigées essentiellement par les missionnaires protestants).

 




 

Le potentiel du pays attire fortement l’impérialisme européen.

 



 

L'époque coloniale à Madagascar débute en 1895 lorsque les français se rendent maîtres de l'île, aux dépens du Royaume de Madagascar.







 







 

Mais depuis Louis XIV jusqu'à la Révolution Française, l'administration coloniale malgache dépend déjà très indirectement des rois de France.







 

Durant toute cette période, l'évangélisation se développe, d'abord par les protestants anglais qui sont les premiers occupants, puis par les français catholiques.







 

 







 

Cependant, c'est la conférence de Berlin entre 1884 et 1885 lors du partage de l'Afrique par les Européens, qui marque la fin de l'indépendance relative de Madagascar.

 





 








 

Les politiciens malgaches jouaient jusqu'alors sur les rivalités des puissances occidentales pour conserver leur souveraineté.







 

 

Leçon de culture








 

Le traité de Berlin attribue l'île à la France et en fait sa seule position stratégique face aux Anglais, dans l'Océan Indien.

 





 

La France signe alors un traité avec le Royaume de Madagascar qui repose sur l'ambiguïté de la langue malgache et qui ne donne théoriquement aucun droit à la République Française sur le Royaume de Madagascar. 

 




 

Mais, au fil des incidents diplomatiques, la France mène une politique de plus en plus agressive : politique de la canonnière, puis conquête de l'île.

 





 







 

Les français conquièrent l'île sans difficultés et pratiquement sans combat, car le peuple malgache n'est pas préparé et ne possède pas d'armée.

 




 







 

Le premier ministre malgache de l'époque envoie dans des forts militaires les 60 000 hommes de l'armée de réserve, encadrés par des officiers, seuls professionnels de cette armée.







 

Cependant, peu à peu, les nombreuses désertions finissent par sonner le glas de l'armée malgache.

 



 

De son côté, le gouvernement français, après une campagne médiatique, envoie une armée de conscrits mal préparés qui progresse très lentement, la maladie faisant des ravages.







 









 

 





 

Dix ans de guerre civile vont suivre la fin de l'Indépendance alors que les français, avec le maréchal Gallieni en tête, s'évertuent à « pacifier » l'île.






 

 

Le Maréchal Joseph Gallieni







 

Les français vont tenir jusqu'en 1960, date de l'indépendance de Madagascar, malgré les tensions.






 

 

 

http://mesracinesdemadagascar.boosterblog.com





XX

 
XX

XXTrafic Booster xx
 

 

xxxx

xx

 

Découvrez la playlist Ma musique preferee avec Richard Clayderman
xx


xx

hotel xxxx
hotel xx         
  

      xx              

hotel xx
location
XX

 


Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site