xxxx
xx

 
xx

 

Ce qu'il faut retenir de L'Histoire de Madagascar :

  

 

xxxx




 


 

PEUPLEMENT : 

 


 

Le peuple malgache est issu d'immigrations successives aux origines diverses.

 

 
 

Deux chronologies déterminent la période des premiers peuplements de l'île.

 

 
 

La tradition orale place les "Vazimba" comme les premiers habitants de l'île.




Ils furent  combattues par des vagues plus récentes d'immigrants Indonésiens qui occupèrent les plateaux centraux.

 





Après les Indonésiens et les Malayo-polynésiens, c'est au tour des Sémites et Arabes islamisés de s'installer sur les pourtours de Madagascar.

 



 

Ils installent de nombreux comptoirs sur la côte nord-ouest et nord-est de Madagascar qui seront pour la plupart détruits par les navigateurs portugais dès le XVIe siècle.

 





 

Certaines populations du sud-est se réclament encore de ces immigrations arabes aux traditions islamiques (Antemoro, Antambahoaka…).

 




 

Des témoignages sur l'existence de peuplements africains, originaires du Mozambique sont également révélés dès le XVIe siècle.

 




 

La traite d'esclaves en provenance de l'Afrique de l'Est a été à l'origine de cette immigration.




Certains de ces descendants que l'on appelle "Makoa" sont installés le long de la côte nord-ouest.

 

 

 
 






 




DECOUVERTE : 

 


 

Le premier européen à découvrir la Grande Ile sera le Portugais Diego Dias en 1500.

 




 

Madagascar devient alors une escale sur la route des Indes et fait l'objet de nombreuses tentatives d'implantations européennes.

 




 

Les Français entreprirent la seule véritable tentative de colonisation et s'installèrent durant trente années (1642-1672) sur le site de Fort-Dauphin.

 



 

Plus tard et jusqu'au XIXe siècle, grâce à de nombreux comptoirs installés le long de côte orientale, il y aura un commerce florissant entre Madagascar et l'Ile Bourbon (Ile de la Réunion) ainsi qu'avec l'Ile de France (Ile Maurice).

 

 

 

 

 

 

 
 

LES ROYAUMES :

 


 

Au XVIIe siècle, on compte déjà de nombreux royaumes indépendants.

 



 

On trouve au sud-est, les ethnies aux origines arabo-islamiques (Antambahoaka, Antemoro, Antanosy et Antesaka).

 




 

Les peuplades essentiellement pastorales, telles que les Bara, les Mahafaly, Antandroy et autres Masikoro se partagent les vastes territoires du sud de l'île.

 



 

A l'ouest s'étendent les immenses royaumes Sakalava du Menabe et celui du Boina, plus récent (XVIIIe siècle).

 



 

Sur la côte orientale, les Betsimisaraka assoient leur autorité, alors que sur les Hautes Terres, les royaumes Betsileo mais surtout Merina étendent leur domination.

 




 

La traite des esclaves favorise alors une politique d'expansion territoriale et profite à ceux qui disposent d'armes à feu.






 

Ainsi, l'hégémonie Sakalava s'explique par le contrôle des principaux postes de traite de la côte ouest avec l'appui des commerçants Antaloatra.

 


 

Le royaume Sakalava s'affaiblira à la fin du XIXe siècle en raison de querelles de successions et d'un handicap lié à l'immensité des territoires occupés par une population dispersée et nomade.

 

 
 

 

 



 

Quelques renseignements supplémentaires : sur les différents royaumes :

 
 


 

Le plus puissant des royaumes de Madagascar ; celui qui a par la suite établi son hégémonie au-dessus d'une grande partie de l'île était celui développé par le groupe ethnique des Merina.

 




 

Avant que les Merina aient émergé comme puissance politique dominante sur l'île au dix-neuvième siècle, ont alterné des périodes de d'unité politique et des périodes où le royaume était séparé en de plus petites unités politiques.

 




 

La localisation des Merina dans les montagnes centrales leur a offert un moyen de protection contre les ravages de la guerre qui se sont produits parmi les royaumes côtiers.

 




 

La distinction, reconnue aux niveaux local et international, entre les montagnards centraux (les Merina) et les côtiers (habitants des secteurs côtiers) exercerait bientôt un impact important sur le système politique de Madagascar.

 




 

Organisés comme les royaumes côtiers dans une hiérarchie entre nobles, roturiers, et esclaves, les Merina ont développé une institution politique unique connue sous le nom de fokonolona (conseil de village).

 




 

 A travers le fokonolona, les aînés de village et d'autres notables locaux pouvaient décréter des règlements et exercer une mesure de contrôle local sur des sujets tels que les travaux publics et la sécurité.

 



 





 

Deux monarques ont joué des rôles-clés en établissant la dominance politique des Merina au-dessus de Madagascar.

 

 

 

Le premier, qui a régné sous le nom d'Andrianampoinimerina (1797-1810), a saisi le trône d'un des royaumes Merina en 1787.






 

Andrianampoinimerina






 

D'ici 1806, il avait conquis les trois royaumes restants et uni ceux-ci dans les anciennes limites d'Imerina, la capitale a été établie dans la ville fortifiée d'Antananarivo.

 



 

Radama I (1816-1828), un monarque capable et avant-gardiste, a hérité du trône en 1810 à la mort de son père.






 

 

Radama 1er







 

En jouant adroitement de la concurrence des intérêts britanniques et français dans l’île, il a pu presque étendre l’autorité Merina sur l'île entière de Madagascar.

 




 

Radama I a tout d’abord conquis le groupe ethnique des Betsileo dans la partie méridionale des montagnes centrales et a plus tard maîtrisé les Sakalava, un groupe ethnique qui a également cherché à plusieurs reprises à affirmer son hégémonie au-dessus d'autres groupes.

 




 

Avec l'aide des Anglais, qui voulaient un royaume fort pour compenser l'influence des Français, Radama I a modernisé les forces armées.

 




 

En 1817, les peuples de la côte Est, faisant face à une armée de 35 000 soldats, se sont soumis avec peu ou pas de protestation ; Radama a alors conquis le Sud-Est entier jusqu’à Tolagnaro.

 




 

Les parties particulièrement stériles ou impénétrables de l'île ont échappé à la conquête, particulièrement dans l’extrême Sud, mais avant sa mort Radama I a réussi à apporter la majorité des parties les plus hospitalières du pays sous le règne des Merina.

 

 


 

L'intérêt de Radama I pour la modernisation le long des lignes occidentales s'est étendu aux sujets sociaux et politiques.

 




 

Il a organisé un conseil et a encouragé la société protestante des missionnaires de Londres à établir des écoles et des églises et à introduire la presse ; un mouvement qui devait avoir des implications de grande envergure pour le pays.

 




 

La société a fait près d’un demi-million de convertis, et ses professeurs ont conçu une forme écrite de la langue locale, le malgache, en utilisant l'alphabet latin.






 

Vers 1828 plusieurs milliers de personnes, principalement Merina, ont été instruits, et quelques jeunes envoyés en Grande-Bretagne pour s’instruire.

 

 


 

Plus tard, le dialecte Merina du malgache est devenu la langue officielle.

 



 

Des publications en langue malgache ont été établies et ont circulé parmi l'élite Merina instruite.

 



 

vers 1896 : environ 164 000 enfants, principalement Merina et Betsileo, un autre groupe ethnique, sont allés dans les écoles primaires de la mission.

 



 

Avec de nouvelles idées est venu un certain développement de la fabrication locale. Beaucoup de temps productif a été passé, cependant, dans des campagnes militaires destinées à augmenter le territoire et acquérir des esclaves pour le commerce.

 










http://mesracinesdemadagascar.boosterblog.com



XX

 
XX


XXTrafic Booster xx
 

 

xxxx

xx

 

Découvrez la playlist Ma musique preferee avec Richard Clayderman
xx


xx

hotel xxxx
hotel xx         
  

      xx              

hotel xx
location
XX

 


Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site