XXXX
XX

 
XX

 

 

L'histoire de Jean Laborde :

 




XXXX

 


 

 

 

 



 

 










 

Les autres constructions :

 
 


 

Laborde s'était aussi construit sa propre maison sur un terrain que la Reine lui avait donné à Andohalo.





 

Cette maison deviendra par la suite le premier Consulat de France.




 

Comme il recevait beaucoup, il en construisit une autre sur le même terrain un peu plus au Sud-ouest qu'il baptisa "Maromiditra", c'est à-dire la maison où il y a toujours du monde.

 

 

Un autre terrain lui fut attribué à Ambohitsorohitra, sur lequel il bâtit une autre maison détruite vers 1925.





 

Pour les intendants de la Reine et autres fonctionnaires , il construisit plus tard, pour relever le défi de Cameron qui avait lancé la construction en briques, la célèbre maison "Superbie" que l'on peut voir toujours en très bon état, sur la place d'Andohalo, près du Temple International.






 

Puis Jean Laborde s'intéressa à l'architecture et à la construction de tombeaux dont le plus célèbre est celui sans doute de Rainiharo, le Premier Ministre.





 

Il dressa aussi les plans de nombreux autres tombeaux.





 

D'ailleurs, un jour, vers 1845  il demanda à la Reine l'autorisation de construire le sien.
 

 

 






 

Il en choisit l'emplacement à Mantasoa où il est toujours en bon état. Y reposent :

 


 

 Une fille Campan, morte en bas âge,


Madame Campan, sa soeur,


La femme de M. Campan,


Jean Laborde,


et enfin M. Campan.



 




 

Le fils de Jean Laborde, Clément, décédé à Sainte Marie, fut inhumé sur place.




 

Emilie, sa femme, ne fut pas admise dans ce tombeau.


 

 

 






 

Jean Laborde, sa personnalité, l’expulsion :

 

 

Quand Jean Laborde arrive à Madagascar ; le traité sur l'abolition de l'émigration d'esclaves était signé depuis peu.

 


 

Mais rien n'était prévu pour supprimer l'esclavage dans l'île elle-même.


 

Or, c'était une pratique courante, comme dans la plupart des pays du monde d'utiliser des esclaves.



 

Cependant, Jean Laborde souhaitait adoucir le sort de ses travailleurs.


 

Il les logeait, les nourrissait en partie et leur distribuait des "primes" sur ses propres gains . 

 



 

Par ailleurs, Jean Laborde était un "homme du monde".

 



 

Il recevait beaucoup quand il était à Tananarive.

 


 

Les banquets qu'il donnait étaient somptueux.

 


 

Il avait sa propre fanfare pour accueillir ses invités et les divertir.

 


 

Il enseignait la danse aux jeunes de l'entourage des dignitaires.


 

 

Il était catholique fervent et après l'expulsion des protestants en 1835, les seuls vazahas (Français) restés étaient de LASTELLE et lui-même et donc il attendait son heure pour introduire le catholicisme.

 


 

En 1847, un groupe complota contre la reine afin de la destituer.

 


 

Jean Laborde était dans le complot.


 

Mais les plans sont déjoués car les comploteurs se font arrêter.

 


 

Tous les "Vazahas" (européens) de l'entourage de Jean Laborde, Lambert, Ida Pfeiffer et consorts sont expulsés dans les 24 heures.

 



 

Jean Laborde aura un sursis.

 


 

Lors de l'expulsion de Jean Laborde ; un Prince de passage à Mantasoa mettra toute son énergie à piller et détruire tout ce qui pouvait l'être, sauf la maison.

 

 

 

 




 

L'exil, la mort de la Reine, Radama II proclamé Roi, la nomination comme Consul de France:




 

Laborde passe son exil à la Réunion.

 

 

En 1859 la Reine meurt .

 

 

Son fils Rakotondradama monte sur le trône sous le nom de Radama II.

 

 

Jean Laborde est rappelé aussitôt ainsi que Lambert avec qui Rakotondradama avait signé un contrat lui concédant toute l'exploitation des mines, du bois etc..., la construction des routes et bien d'autres privilèges.


 

Le contrat est confirmé, ce qui n'est pas du goût des hauts dignitaires.

 


 

Radama Il est jeune et utopique.


 

Il a un groupe d'amis de débauchés, "les Menamaso" (les yeux rouges), qui lui servent de police parallèle. 

 


 

Le Premier Ministre prend la tête d'un complot visant à éliminer le Roi et en Mai 1862, soit 3 ans après son accession au trône, il est étranglé dans l'enceinte du Rova.


 

Mais quelque temps avant la mort de Radama, Jean Laborde avait été nommé le 12 Avril 1862, Consul. de France par Napoléon IIl, Empereur des Français.

 


 

Pour le seconder, il fit venir son neveu CAMPAN comme secrétaire (qui amena sa mère, soeur de Jean Laborde).


 

Durant son Consulat, il eut à régler plusieurs litiges entre des ressortissants français et le gouvernement malgache, ainsi qu'entre les deux gouvernements.



 

Il trouva cependant le temps de participer à l'élaboration de la première carte à l'échelle 1/200.000e de l'Imerina Central, avec Grandidier.




Jean Laborde mourut le 27 Décembre 1878 à l'âge de 73 ans.



 

Ranavalona Il lui fait faire des funérailles nationales.

 


 

Ses funérailles furent traitées avec faste et selon les honneurs dus à son rang.

 



 

Son tombeau baptisé "Soamandrakizay" ou "le bonheur éternel" ; avait été construit et nommé ainsi par Jean Laborde lui-même.

 
 

Après sa disparition, les ouvriers détruisirent en partie ses réalisations.


 

Actuellement, on peut encore découvrir certaines parties de ce vaste ensemble.

 


 

Le haut-fourneau et le four à cimenter sont encore visibles ainsi que les ruines des fours à poterie et à chaux ; le bâtiment servant de fonderie y est toujours.

 





 





http://mesracinesdemadagascar.boosterblog.com



xx

 
xx


xxTrafic Booster xx
 

 

xxxx

xx

 

Découvrez la playlist Ma musique preferee avec Richard Clayderman
xx


xx

hotel xxxx
hotel xx         
  

      xx              

hotel xx
location
xx


 

 


Afficher la suite de cette page






Créé avec Créer un site
Créer un site